Le système de traitement des litiges


  1. Le cœur d’une communauté égalitaire
  2. Le préambule du Recueil de Règles Internes de l’École Autonome
  3. Pour aller plus loin

Le cœur d’une communauté égalitaire

Réel cadre démocratique dépourvu de toute forme d’âgisme, l’École Autonome est dotée d’un système de traitement des litiges démocratique. Vous l’aurez lu sur la page « La structure démocratique« , l’école possède un Recueil de Règles Internes édité démocratiquement par le Conseil d’École et les allégations d’infractions (« plaintes ») sont traitées quotidiennement par le Comité d’Enquête et d’Arbitrage.
Le Comité d’Enquête et d’Arbitrage est le cœur de l’école. C’est un lieu où chacun a l’opportunité de s’exprimer et d’être entendu. Un système de traitement des litiges efficace et juste est la pierre angulaire de toute société démocratique. C’est ce qui permet de gérer les tensions inévitables entre individu et collectivité, de manière calme et civilisée, avec le recul nécessaire pour éviter la violence. Dans une école Sudbury, c’est également ce qui permet à la communauté d’assurer sa propre sécurité (au sens large), la poursuite des intérêts individuels, en supprimant l’intervention adulte dans un cadre égalitaire. Le système de traitement des litiges est le cœur d’une communauté égalitaire.
En plus d’être un lieu des gestion des conflits, c’est un lieu de construction de la communauté et de soi. On y est confronté à notre rapport aux autres quand l’informel ne suffit plus. On y est confronté à notre rapport à soi dès lors qu’on y tente de définir collectivement la nature du conflit, le rôle de chacun, et inévitablement, l’impact qu’on a sur la communauté et que celle-ci a sur nous.
À l’École Autonome, chacun est considéré égal. Au sens des Droits de l’Homme : « égal en droits et en dignité ». Rudolf Dreikurs exprime parfaitement cette conception de l’égalité entre tous dans « Happy Children: A Challenge to Parents » (1964) :
« Les adultes sont d’ordinaire fort troublés par l’idée que les enfants sont socialement leurs égaux. Ils rejettent avec indignation cette possibilité. ‘Ne soyez pas ridicule, disent-ils. J’en sais plus long que mon enfant. Ce n’est pas possible qu’il soit mon égal.’ Non. Bien sûr que non. Pas en savoir, en expérience ni en habileté. Mais ces choses ne sont pas des indices d’égalité, même entre adultes. L’égalité ne signifie pas uniformité ! L’égalité signifie que les humains, malgré toutes leurs distinctions et leurs talents individuels, ont également droit à la dignité et au respect. »

Le préambule du Recueil de Règles Internes de l’École Autonome

Le préambule du Recueil de Règles Internes de l’école expose la raison d’être de l’école et de ses règles, ainsi que ses principes fondamentaux. C’est le centre de notre système judiciaire et chacun le signe et s’engage à le respecter dès son inscription à l’école (bien entendu, étudiants et personnel).

§1 .— L’Ecole Autonome a été créée pour permettre aux enfants dans son cadre de conduire leur vie dans le respect de leur liberté et de leurs droits, de prendre des choix et d’en accepter pleinement la responsabilité. L’Ecole Autonome est une école démocratique fondée sur l’égalité entre tous ses membres, quel que soit leur âge.

§2 .— L’Ecole Autonome définit ses règles internes selon les principes fondateurs énoncés dans ce Préambule. Ces règles permettent à chaque membre du Conseil d’école1C’est à dire le staff et les étudiants (voir « La structure démocratique« ). de vivre sa vie en ses propres termes dans le respect total de ses droits individuels et dans un cadre sûr et non-violent exempt de toute forme d’autorité arbitraire.

§3 .— L’Ecole Autonome offre une atmosphère de liberté, de respect, d’équité, de confiance et d’ordre dont chaque membre du Conseil d’école est responsable et de laquelle il est garant, par l’intermédiaire de ses actes y concourant.

§4 .— L’Ecole Autonome est un espace de liberté permettant à chacun d’agir comme bon lui semble, dans la mesure où ses actes sont respectueux des autres membres et de l’école. À cette fin, le Conseil d’école définit les règles qui garantissent le fonctionnement harmonieux de l’école. Ces règles prennent place dans le cadre des législations belge et européenne, ainsi que de la Convention Européenne des Droits de l’Homme, et elles seront formulées dans ce Recueil de Règles Internes.

Pour aller plus loin…

L’article suivant, issu de notre blog, permet d’aller plus loin dans la réflexion quant au système judiciaire d’une école Sudbury : L’absence de harcèlement en milieu scolaire : comment une école peut être une communauté morale (par Dr. Peter Gray).

Page suivante : Liberté et apprentissages auto-dirigés

Notes   [ + ]

1. C’est à dire le staff et les étudiants (voir « La structure démocratique« ).