Pourquoi une école Sudbury fonctionne-t-elle ? PARTIE 5/5 : L’intégration au monde adulte (par Mimsy Sadofsky)


Avant-propos

Ce qui suit est issu d’une conférence donnée par Mimsy Sadofsky en mai 2000 à Harvard University, Graduate School of Education. La conférence entière est disponible sur CD sur le site de Sudbury Valley. La transcription ici traduite est aussi disponible en version originale sur le site de Sudbury Valley (ici).

Mimsy Sadofsky est une des fondatrices de l’école Sudbury Valley, qui sert de modèle à l’Ecole Autonome. Elle est actuellement toujours membre du personnel de l’école.
Je tiens à remercier les préposés aux relations publiques de Sudbury Valley School (Mimsy Sadofsky et Daniel Greenberg) pour leur aimable autorisation de publier mes traductions de leur blog ici.

Table des matières

NdT : Pour plus de lisibilité, j’ai découpé l’article en plusieurs parties que je publierai progressivement. Voici la table des matières de l’article complet. Je recommande chaudement de lire l’intégralité de l’article dans l’ordre. Si vous n’avez pas lu les parties 1 à 4, elles se trouvent aux liens ci-dessous.

PARTIE 1 : Le jeu et la conversation
– Le jeu
– Le jeu : l’expression de la curiosité naturelle de chacun
– Le but évolutionnaire du jeu : apprendre
– Il est vital de jouer
– La liberté de jouer est totalement stimulante
– La conversation
– Le libre cours des idées : l’essence éducative de l’école
– Pourquoi la conversation est-elle si importante ?

PARTIE 2 : Comment aider les enfants à se développer ?
– Ce que nous voulons pour les enfants
– Le rôle des parents : la confiance, toute la confiance ; la liberté, toute la liberté ; la responsabilité, toute la responsabilité
– L’apparent chaos de l’apprentissage profond

PARTIE 3 : Qu’est-ce qu’une école Sudbury ?
– La liberté d’exercer ses propres activités, dans un cadre multiâge
– L’espace, le temps et le matériel
– La démocratie participative
– La totale responsabilité des enfants pour leur propre éducation et pour leur communauté
– L’absence de condescendance et le libre cours des idées

PARTIE 4 : La démocratie dans une école Sudbury
– Le Conseil d’école
– Le système judiciaire
– Ce que signifie la démocratie dans une école Sudbury

PARTIE 5 : L’intégration au monde adulte
– Avoir un patron
– Aller à l’université
– Ce que les enfants sont certains d’apprendre via le modèle de scolarité Sudbury

L’article

1NdT : Les titres des paragraphes ne sont pas inclus dans l’article original mais sont de moi.

Ce qui suit est issu d’une conférence donnée à Harvard University, Graduate School of Education, en mai 2000.

L’intégration au monde adulte

Les gens s’inquiètent souvent de ce que les enfants qui vont dans des écoles Sudbury ne soient pas capables de s’intégrer dans la société plus large. Ils s’inquiètent de ce que les étudiants qui vont dans ce genre d’écoles ne soient pas capables d’avoir un patron ; ils s’inquiètent de ce que leurs enfants ne puissent satisfaire aux exigences de l’université. J’aimerais finir en examinant un peu ces deux choses.

Avoir un patron

Les enfants qui sont responsables de leur école sont habitués à travailler dans beaucoup de genres de situations différentes, dans lesquelles il y a plein d’interactions avec d’autres personnes. Ils doivent peut-être mettre en place des manières d’utiliser les installations informatiques de leur école. Ils doivent peut-être travailler ensemble pour organiser un bal ou une pièce de théâtre, ou pour amener une activité à l’école qui nécessite un budget. Nous avons des groupes d’intérêt particuliers qui se forment, certains pour toujours et d’autres juste pour un an ou deux, qu’on appelle les associations d’école 2 »School corporations » à SVS. Dans de nombreuses situations, les choses sont mises en place de manière à ce que quelqu’un ait un pouvoir exécutif. C’est un moyen efficace de faire en sorte que les choses se fassent, et si on peut révoquer ces dirigeants à tout moment, les droits de chacun sont assurés. Donc ils sont habitués à être des dirigeants, à avoir des responsabilités, et ils sont aussi habitués à suivre un plan établi par quelqu’un d’autre. Surtout, ils comprennent pourquoi c’est une bonne manière de faire en sorte que beaucoup de choses soient effectuées. Donc avoir un patron n’est pas un problème. Nos enfants sont généralement appréciés par les personnes pour qui ils travaillent, parce qu’ils savent écouter et prendre des décisions, et qu’ils prennent ce qu’ils font tellement au sérieux.

Aller à l’université

L’université n’est jamais un problème pour quelqu’un qui a passé son temps dans ce genre d’environnement. La pire chose à laquelle ils soient généralement confrontés n’est pas que quelqu’un puisse en savoir plus qu’eux dans un domaine ou un autre ; c’est que les autres personnes qui ont choisi d’aller à l’université ont souvent fait ce choix pour des raisons moins profondes qu’eux. Nos enfants vont à l’université pour obtenir quelque chose dont ils pensent avoir besoin. Les autres y vont souvent pour l’expérience sociale, pour l’expérience de quitter la maison, pour la liberté etc.

Voici ce qu’un ancien étudiant a dit au sujet d’aller à l’université ; ça résume bien pourquoi l’école ne s’en inquiète pas :

« Quand je suis allé à l’université, je me sentais préparé au-delà des exigences de l’université à plusieurs égards. J’avais été à une école où on fait les choses soi-même, où on n’est pas materné. À Sudbury Valley, on se crée des antécédents. On fait des choses, on accomplit des choses et on le fait soi-même ou avec d’autres enfants ou d’autres adultes. Et on établit sa confiance en soi parce qu’on parvient à accomplir des choses ; on voit comment ça fonctionne et on y va. »

 

Ce que les enfants sont certains d’apprendre via le modèle de scolarité Sudbury

J’ai récemment lu un article sur l’imputabilité 3NdT : « Accountability ». C’était dans un bulletin publié par la Federal Reserve Bank, et le sujet était la péréquation financière dans les écoles de l’état du Kentucky. J’ai vu cet article par accident total, je ne suis pas vraiment très intéressée par les tenants et aboutissants financiers des écoles publiques ; je passe beaucoup de temps, comme le reste du personnel de toute école Sudbury, a essayer de trouver des moyens de faire fonctionner les écoles privées à un coût par étudiant beaucoup plus bas que la plus pauvre des écoles publiques. Mais dans l’article, en note de bas de page, il y avait ce que la Cour suprême du Kentucky avait décrété en 1989 être l’ensemble de domaines d’études importants.

Chaque état s’inquiète là maintenant au sujet des évaluations, des tests, du fait de s’assurer que chaque étudiant puisse franchir des obstacles. Mais le Kentucky, il y a 11 ans, avait une réponse bien plus raisonnée et elle décrit exactement ce que les enfants sont en fait certains d’apprendre via le modèle de scolarité Sudbury :

  1. des compétences de communication orale et écrite suffisantes pour permettre au citoyen d’être fonctionnel dans un monde complexe et changeant rapidement ;
  2. une connaissance suffisante des sciences sociales de manière à ce qu’un citoyen adulte soit capable de faire des choix informés quand aux politiques publiques et aux questions affectant la communauté, l’état ou la nation ;
  3. une connaissance suffisante de la psychologie et des sciences de la santé de manière à ce qu’un citoyen adulte soit capable d’évaluer et d’entretenir une bonne santé physique et mentale ;
  4. une formation artistique suffisante de manière à ce qu’un citoyen adulte puisse apprécier son héritage historique et culturel ;
  5. une formation suffisante pour permettre au citoyen de choisir une vocation intelligemment ; et
  6. des compétences académiques est professionnelles suffisantes pour permettre à un citoyen d’être concurrentiel sur le marché de l’emploi dans les mondes académique ou professionnel à l’échelle du pays.

Je vous mets au défi de trouver un produit d’une éducation en école Sudbury qui ne maîtrise pas bien tous ces domaines !

Mimsy Sadofsky
Traduction d’Antoine Guenet

Vous aimez cet article ? Merci de nous soutenir!

Notes   [ + ]

1. NdT : Les titres des paragraphes ne sont pas inclus dans l’article original mais sont de moi.
2.  »School corporations » à SVS
3. NdT : « Accountability »

A propos de Antoine Guenet

Né en 1986. Père, musicien, professeur de musique depuis 10 ans, et beaucoup d'autres choses. Avec mon épouse Susan, j'ai décidé de lancer le projet d'ouvrir une école Sudbury de langue ouverte au centre de la Belgique.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *