Pourquoi une école Sudbury fonctionne-t-elle ? PARTIE 3/5 : Qu’est-ce qu’une école Sudbury ? (par Mimsy Sadofsky)


Avant-propos

Ce qui suit est issu d’une conférence donnée par Mimsy Sadofsky en mai 2000 à Harvard University, Graduate School of Education. La conférence entière est disponible sur CD sur le site de Sudbury Valley. La transcription ici traduite est aussi disponible en version originale sur le site de Sudbury Valley (ici).

Mimsy Sadofsky est une des fondatrices de l’école Sudbury Valley, qui sert de modèle à l’Ecole Autonome. Elle est actuellement toujours membre du personnel de l’école.
Je tiens à remercier les préposés aux relations publiques de Sudbury Valley School (Mimsy Sadofsky et Daniel Greenberg) pour leur aimable autorisation de publier mes traductions de leur blog ici.

Table des matières

NdT : Pour plus de lisibilité, j’ai découpé l’article en plusieurs parties. Je les publierai progressivement. Voici la table des matières de l’article complet. Je recommande chaudement de lire l’intégralité de l’article dans l’ordre. Si vous n’avez pas lu les parties 1 et 2, elles se trouvent aux liens ci-dessous.

PARTIE 1 : Le jeu et la conversation
– Le jeu
– Le jeu : l’expression de la curiosité naturelle de chacun
– Le but évolutionnaire du jeu : apprendre
– Il est vital de jouer
– La liberté de jouer est totalement stimulante
– La conversation
– Le libre cours des idées : l’essence éducative de l’école
– Pourquoi la conversation est-elle si importante ?

PARTIE 2 : Comment aider les enfants à se développer ?
– Ce que nous voulons pour les enfants
– Le rôle des parents : la confiance, toute la confiance ; la liberté, toute la liberté ; la responsabilité, toute la responsabilité
– L’apparent chaos de l’apprentissage profond

PARTIE 3 : Qu’est-ce qu’une école Sudbury ?
– La liberté d’exercer ses propres activités, dans un cadre multiâge
– L’espace, le temps et le matériel
– La démocratie participative
– La totale responsabilité des enfants pour leur propre éducation et pour leur communauté
– L’absence de condescendance et le libre cours des idées

PARTIE 4 : La démocratie dans une école Sudbury
– Le Conseil d’école
– Le système judiciaire
– Ce que signifie la démocratie dans une école Sudbury

PARTIE 5 : L’intégration au monde adulte
– Avoir un patron
– Aller à l’université
– Ce que les enfants sont certains d’apprendre via le modèle de scolarité Sudbury

Avant-propos

Ce qui suit est issu d’une conférence donnée par Mimsy Sadofsky en mai 2000 à Harvard University, Graduate School of Education. La conférence entière est disponible sur CD sur le site de Sudbury Valley. La transcription ici traduite est aussi disponible en version originale sur le site de Sudbury Valley (ici).

Mimsy Sadofsky est une des fondatrices de l’école Sudbury Valley, qui sert de modèle à l’Ecole Autonome. Elle est actuellement toujours membre du personnel de l’école.
Je tiens à remercier les préposés aux relations publiques de Sudbury Valley School (Mimsy Sadofsky et Daniel Greenberg) pour leur aimable autorisation de publier mes traductions de leur blog ici.

L’article

1NdT : Les titres des paragraphes ne sont pas inclus dans l’article original mais sont de moi.

Ce qui suit est issu d’une conférence donnée à Harvard University, Graduate School of Education, en mai 2000.

Qu’est-ce qu’une école Sudbury ?

On dirait qu’il est temps de décrire un petit peu plus cette chose formidable dont je n’ai fait que vanter les vertus pendant tout ce temps.

Les écoles Sudbury ont beaucoup de caractéristiques en commun. Je vais parler de quelques unes d’entre elles. Nous répondrons avec plaisir à vos questions sur les autres.

La liberté d’exercer ses propres activités, dans un cadre multiâge

Chaque étudiant dans une école Sudbury est libre d’exercer ses propres activités. Cela signifie qu’ils peuvent être où ils veulent, avec qui ils veulent, et faire ce qu’ils veulent toute la journée, chaque jour. Cette liberté incarne le principe fondamental de l’école et c’est bien sûr ce dont j’ai parlé pendant tout ce temps : les personnes libres de se livrer à leurs jeux, c’est-à-dire les activités qu’elles choisissent, et à leurs conversations, librement, trouve une façon de vivre leur vie de manière productive. Elles n’ont pas besoin qu’on leur dise quoi faire et quoi apprendre. Elles apprennent juste pendant qu’elles font ce qu’elles trouvent qu’elles ont besoin de faire. Il n’y a de limite d’âge sur pratiquement aucune chose qu’ils pourraient vouloir faire. Leurs meilleurs amis peuvent avoir 5 ans de plus ou 8 ans de moins qu’eux. Mais même si leurs meilleurs amis ont le même âge qu’eux, ils passent quand même du temps à côtoyer librement des enfants de tous âges et des membres adultes du personnel. Ce mélange des âges et une caractéristique centrale de toute école. L’opportunité de découvrir tout ce qu’on veut auprès de personnes qui s’y connaissent un petit peu mieux, et de personnes qui s’y connaissent beaucoup mieux, est merveilleuse. C’est exactement ça, être un modèle. Et parfois, vos modèles sont très jeunes. Nous avons découvert que les plus jeunes enfants sont les plus forts pour trouver des moyens de passer leur temps, et que les nouveaux enfants dans nos écoles, en particulier ceux de 12 ans et plus, étudient toujours comment les plus jeunes passent leur temps, de manière à s’adapter à la liberté. Pouvoir apprendre auprès de personnes qui s’y connaissent un peu mieux que soi, et pouvoir enseigner des personnes qui s’y connaissent un peu moins bien, c’est une étincelle formidable pour le développement. Bien sûr, on ne s’inquiète jamais de savoir si les enfants seront exposés à une grande diversité d’idées quand la norme est au mélange des âges. Ils ne peuvent pas faire autrement.

L’espace, le temps et le matériel

Bien qu’il n’y ait pas de salles de classe dans une école Sudbury, en général les écoles sont mises en places avec beaucoup d’espaces multifonctionnels et quelques espaces à usage spécifique. Des espaces informatiques. Des cuisines. Des ateliers d’art. Des salles de musique. Parfois des laboratoires scientifiques. Il n’y a pas d’école Sudbury dans laquelle les livres ne sont pas importants, et l’accès au monde via les ordinateurs et Internet est bien sûr devenu la norme. Les activités en plein air sont importante dans chaque école. Parfois il y a des jeux organisés, généralement il y a des jeux en plein air. Je pense qu’une partie du programme caché de toute école Sudbury est qu’un enfant de peut pas y rester pendant bien longtemps sans développer un amour pour le plein air. L’autre partie du programme caché, dont je parlerai plus tard, c’est qu’un étudiant y trouve un besoin de développer la capacité de considérer à peu près n’importe quel genre de question éthique.

L’école dure toute la journée. C’est-à-dire, les gens viennent à l’école durant la matinée, y passent un bon nombre d’heures, puis rentrent à la maison. C’est important parce que ça veut dire que c’est difficile d’être en retard à l’école.

La démocratie participative

Aristote, Louvre, photo de Eric Gaba via Wikimedia Commons

Une école Sudbury est une démocratie participative. Les écoles sont gérées par des Conseils d’école, dans lesquels chaque étudiant et chaque membre du personnel a une voix. Le Conseil d’école de Sudbury Valley se réunit chaque semaine pour parler de toutes les facettes de la gestion d’une école. Certains domaines de responsabilité sont assignées par le Conseil d’école à des personnes ou à des commissions qu’il a élues pour diverses tâches administratives ; les autres sont l’affaire des réunions hebdomadaires, tout comme les requêtes, problèmes et grandes décisions des préposés et commissions. Les Conseils d’école sont gérés selon les lignes générales des Roberts Rules of Order 2NdT : L’école autonome utilise un code de procédure similaire mais francophone : le Code Morin..  Ils sont stupéfiants d’ordre et de sérieux. Mais une fois qu’on y a passé un peu de temps, on réalise pourquoi : les gens veulent y faire leur travail correctement et efficacement. Les Conseils d’école ne sont en aucun cas des « conseils des élèves » 3NdT : « student council ». Ils sont le groupe entier des étudiants et du personnel, se rassemblant chaque semaine pour trouver les meilleurs moyens de gérer l’école. Toutes les règles de l’école y sont promulguées ; le personnel y est engagé et renvoyé ; les conséquences judiciaires importantes y sont traitées ; le budget est fait par le Conseil d’école ; et tous changements et écarts – qui bien sûr se produisent assez fréquemment quand on a une institution dynamique – sont traités par le Conseil.

La totale responsabilité des enfants pour leur propre éducation et pour leur communauté

Le fait que l’école est gérée démocratiquement donne son sens à la liberté de l’école. Notre philosophie de l’éducation requiert que chaque étudiant, quel que soit son âge, soit totalement responsable pour sa propre éducation. Ça ne devient réel qu’à partir du moment où il est clair que ces étudiants doivent aussi être responsables pour leur communauté. Le sentiment de responsabilité façonne chaque jour de la vie de chaque étudiant, et il est pris très au sérieux par tout le monde à l’école. Il est important dans leur choix d’activités quotidiennes et dans leur attitude quant à la gouvernance de l’école.

L’absence de condescendance et le libre cours des idées

Personne n’est jamais traité avec condescendance dans un Conseil d’école. Il est présupposé que chaque personne, qu’elle ait 60 ou 6 ans, débatte au maximum de sa compétence et de sa force intellectuelle. Un respect total est accordé à chaque point de vue. Apprendre à débattre auprès de maîtres fait partie de l’aspect modèle qui se produit à l’école. Les décisions sont prises après écoute et considération attentive, et par vote. Peu importe que vous soyez déçu que vos arguments n’aient pas finalement été ceux sur lesquels la majorité s’est entendue, il est fondamentalement impossible de sortir du Conseil d’école en colère.

(Lire la suite : PARTIE 4 : La démocratie dans une école Sudbury)

Mimsy Sadofsky
Traduction d’Antoine Guenet

Vous aimez cet article ? Merci de nous soutenir!

Notes   [ + ]

1. NdT : Les titres des paragraphes ne sont pas inclus dans l’article original mais sont de moi.
2. NdT : L’école autonome utilise un code de procédure similaire mais francophone : le Code Morin.
3. NdT : « student council »

A propos de Antoine Guenet

Né en 1986. Père, musicien, professeur de musique depuis 10 ans, et beaucoup d'autres choses. Avec mon épouse Susan, j'ai décidé de lancer le projet d'ouvrir une école Sudbury de langue ouverte au centre de la Belgique.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *